14 juillet 2019 : retour en images sur les cérémonies des Mureaux et d’Orvilliers
14 juillet 2019 : retour en images sur les cérémonies des Mureaux et d’Orvilliers

[Fête nationale]🇫🇷

Un #14Juillet2019 placé sous le signe de la fraternité.  C’est ce qu’a souhaité Bruno Millienne à ses concitoyens pour le fête nationale. L’occasion, aussi, de rendre hommage aux forces armées et de sécurité :

« Je veux remercier nos armées et nos forces de l’ordre pour leur engagement au quotidien. J’ai une pensées pour nos militaires et policiers tombés cette année au service de la France.
Ils sont les premiers défenseurs de nos valeurs républicaines, de ce qui fait la France et de ce que nous sommes. »

En ce 14 juillet, Bruno Millienne a participé à la cérémonie de la ville des Mureaux puis, dans l’après midi à Orvilliers, au Cimetière, à la cérémonie d’hommage au président Georges Pompidou.

Retour en images :

Retrouvez le discours prononcé par Bruno Millienne à Orvilliers :

« Mesdames, Messieurs,
Monsieur le Préfet,
Monsieur le délégué général du Souvenir Français des Yvelines,

A vos côtés pour la deuxième année consécutive en ce jour de fête nationale pour rendre hommage au Président Pompidou.
J’avais commencé mon discours de l’an dernier par ces mots, devise du Souvenir Français : « A nous le souvenir, à eux l’immortalité ».
Car oui, c’est à jamais que les grands Hommes (avec un grand « H ») qui ont marqué l’histoire de France, doivent vivre dans nos cœurs et dans nos mémoires. Le Président Pompidou est de ceux-là. Il est de ces grands Hommes qui ont marqué l’histoire de France. Il est de ces grands Hommes auxquels la Patrie sera à jamais reconnaissante.
Georges Pompidou accède à la plus haute charge républicaine il y a tout juste 50 ans 1 mois et 1 jour, le 15 juin 1969, pour devenir à jamais LE Président Pompidou.
Porté par son destin plus que par l’ambition personnelle, le président Pompidou est un homme de lettre devenu homme politique par la force de l’Histoire.
Homme de racine, c’est ici même, à Orvilliers, où se trouvait sa maison de campagne qu’il repose aux côtés de son épouse, Claude.
Je ne me lasserai jamais de venir honorer la mémoire de celui qui fut un europhile convaincu, à l’origine de belles réussites telles que Airbus, fleuron de l’engagement aérospatial européen.
Je voudrai redire ici combien c’est un honneur pour moi d’être ici, à vos côtés pour rendre hommage au Président Pompidou.
Merci à vous, Monsieur le délégué général Blot, pour cette invitation. Je reste admiratif et humble face à votre engagement et celui de l’ensemble de ceux qui font vivre le Souvenir Français, dans le Yvelines comme partout sur le territoire national.

Permettez-moi de terminer en reprenant quelques mots que j’avais prononcé en clôture de mon discours de l’an dernier. Ils me paraissent encore aujourd’hui particulièrement d’actualité.
« En ces temps où la Nation, les nations, semblent douter, la tâche que vous accomplissez revêt une importance vitale. Pour que nous ne cédions pas aux tentations du repli sur soi dont le siècle dernier nous a appris quel mal il recelait. Seule la construction européenne nous aura permis la paix.
C’est pourquoi il faut en permanence se souvenir. Il nous faut en permanence et en responsabilité nous souvenir du chemin parcouru. Nous le devons à ceux qui nous ont précédé, à nos contemporains et aux générations à venir, car se souvenir c’est aussi éviter de commettre à nouveau les erreurs du passé ; se souvenir c’est être conscient ; se souvenir c’est ne plus jamais accepter la cruauté, les atrocités du siècle passé ; se souvenir c’est faire en sorte que les valeurs humanistes que nous défendons aient une portée universelle ; qu’elles irriguent les démocraties à travers le monde.
Se souvenir c’est honorer. Comme nous le faisons en ce 14 juillet par cet hommage au Président Pompidou.
A nous le souvenir, à eux l’immortalité ! »
Merci ! »