Commémorations du 8 mai 1945 – Bruno Millienne aux côtés des anciens combattants du territoire
Commémorations du 8 mai 1945 – Bruno Millienne aux côtés des anciens combattants du territoire

Ce mercredi 8 mai 2019, Bruno Millienne a commémoré la fin de la deuxième Guerre Mondiale et rendu hommage aux femmes et hommes morts pour la France et pour ce qui devient une Europe de la paix.

Aux Mureaux, à Maule et à Saint-Martin-des-Champs.

Retour en images.

« Se souvenir… Pour aller de l’avant.

Toujours plus loin, toujours plus unis, toujours plus solidaires, sans jamais rien oublier de ce qui nous a construit, notre histoire, celles et ceux qui, au nom d’un idéal de paix, n’ont pas hésité, ou eu d’autres choix que de payer du prix de leur vie parfois, ce à quoi ils aspiraient, non pour eux-mêmes mais pour leur patrie, leurs familles et amis et les générations d’après.

Alors que chaque jour férié est dorénavant l’occasion de débats longs et animés sur l’opportunité d’une suppression, débats auxquels nous n’échapperons pas encore en cette année 2019, c’est également l’occasion de se souvenir, se souvenir que la Nation que nous formons aujourd’hui est le fruit de siècles d’histoire, de périodes glorieuses et moins glorieuses, qui ont participé à façonner ce que nous sommes. 74 ans plus tard, le 8 mai reste dans les mémoires comme la Victoire du peuple français et de ses alliés contre l’occupation Nazie, la fin d’une guerre de six années qui auront paru une éternité. La fin d’une guerre conquise au prix de nombreux sacrifices tant humains que matériels. Et si la France et l’ensemble des pays membres de l’Europe avec elle, n’ont pas connu depuis, de conflits aussi rudes sur leurs sols, c’est qu’ils ont tiré enseignement de cette funeste période, que c’est ensemble qu’ils parviendraient le mieux à s’épanouir, à apporter à leurs peuples le bonheur auquel ils aspirent, pas l’un contre l’autre, pas le bonheur de l’un au détriment de l’autre, mais le bonheur ensemble, vaincus et vainqueurs.

La construction européenne en témoigne. Voilà près de 70 ans, soit à peine 5 ans après la fin de la guerre, que les pères fondateurs ont posé les premières pierres de l’édifice européen. Et si la date du 9 mai est également l’occasion de se souvenir, se souvenir des mots prononcés par Robert Schuman, c’est aussi l’occasion de célébrer l’Europe en cette journée qui lui est dorénavant dédiée. A l’approche des prochaines élections européennes qui se tiendront le 26 mai, les commémorations des 8 et 9 mai nous rappellent ainsi que le disait Schuman que « l’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre, l’Europe ne se fera pas d’un coup, mais dans une construction d’ensemble, elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord une solidarité de fait ». Il ne s’agit pas là d’exciter les peurs mais d’être attentif à l’Histoire pour prévenir qu’elle ne se répète dans ce qu’elle a de pire, parce que le seul chemin possible, pour la paix, est celui de la solidarité, de l’amour et de l’union étroite entre les peuples.
Cela, seule l’Europe est en capacité de l’incarner, pour peu qu’elle le veuille réellement, pour peu que nous le voulions, pour peu que nous ne cédions pas à la facilité de laisser nos plus vils instincts prendre le dessus, ceux du repli sur soi et de la haine de l’autre, ceux qui nous mènent à faire peser sur d’autres la responsabilité de nos propres échecs.
Je préfère, pour ma part, croire qu’ensemble, nous parviendrons à de nouvelles réalisations concrètes sur la voie d’une Europe sans cesse plus unie, plus sociale, plus solidaire, plus juste. »

Bruno MILLIENNE, Député des Yvelines