EuropaCity : Bruno MILLIENNE salue l’annulation du PLU de Gonesse par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise
EuropaCity : Bruno MILLIENNE salue l’annulation du PLU de Gonesse par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise

Paris, le 12 mars 2019

 

 Bruno MILLIENNE, député des Yvelines et conseiller régional d’Ile-de-France, salue l’annulation du PLU de Gonesse prononcée ce mardi 12 mars par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

Après l’annulation de l’arrêté préfectoral autorisant la création de la zone d’aménagement concerté (ZAC) du « Triangle de Gonesse » en mars 2018, cette nouvelle décision vient confirmer l’imperfection du projet de mégacomplexe « EuropaCity » porté par le groupe Auchan.

Bruno MILLIENNE avait alerté dès avril 2018 sur ce sujet, notamment pour dire que l’Agence Régionale de la Biodiversité ne serait pas favorable à un tel projet.

« Avec mes collègues MoDem du Conseil régional nous avions, dans notre cahier d’acteur réalisé en juin 2016 dans le cadre du débat public, appelé à une révision d’ampleur du projet qui n’offrait pas de garanties suffisantes sur le plan environnemental. En effet, imperméabiliser des terres agricoles, promouvoir des loisirs énergivores telle qu’une piste de ski, proposer un complexe commercial de loisir somme toute banal, induire des déplacements nouveaux dans une région déjà saturée … ne répondait en rien à ce que nous pourrions vouloir pour notre Région » rappelle Bruno MILLIENNE.

En ce sens, le TA de Cergy-Pontoise a logiquement mis en avant que « cette urbanisation concerne des terres fertiles alors que les bénéfices escomptés, notamment en terme de créations d’emploi ne sont pas établies ».

Pour le député des Yvelines, « des alternatives étaient possibles pour les promoteurs qui auraient pu proposer un projet qui éviterait l’imperméabilisation des terres en réhabilitant une friche industrielle, un projet écologiquement innovant, à zéro déchets et à énergie positive par exemple. Ce n’est pas le choix qui a été retenu.

Cette occasion manquée de bâtir un projet de développement territorial structurant et durable a entrainé son annulation. Les terres devront donc retrouver leur usage agricole ».