Hommage à Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing
Hommage à Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing

« Samedi 13 juin 2020, j’étais présent au commissariat de Mantes-la-Jolie pour la cérémonie d’hommage en la mémoire de Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing lâchement assassiné il y a 4 ans. Deux flics exceptionnels qui avaient plus de devoirs que de droits. Je me souviens de notre sidération à tous quand ce drame est arrivé.
Notre présence à cet hommage est le signe que nous n’oublierons jamais ce drame.
Et pourtant, d’autres semblent l’avoir oublié. Les médias nationaux notamment. Pas une ligne, pas un mot dans leurs colonnes, ni une photo de ce couple heureux et souriant fauchés par la haine.
Ainsi ceux qui ont plus de devoirs que de droits méritent moins dans les médias qu’on honore leur mémoire que d’autres. C’est triste et d’une injustice blessante pour ceux qui ont voué leur vie à nous protéger. Il n’est pas question ici de comparer deux drames qui se sont déroulés la même année car la souffrance de ceux qui sont restés et de leurs proches est de même nature: insupportable.
Si je prends le temps d’écrire ces quelques lignes, ce n’est pas pour raviver quelque polémique que ce soit. C’est simplement pour dénoncer toutes les violences, d’où qu’elles viennent. Une vie fauchée est une vie fauchée.
Juste se souvenir qu’à chaque fois que cela arrive, cela laisse des traces indélébiles.
La cérémonie au commissariat de Mantes la Jolie était digne et simple comme voulue par les familles et les collègues de Jessica et Jean-Baptiste. D’aucun ont trouvé intelligent de polémiquer sur le fait que le Ministre de l’Intérieur ne se soit pas exprimé publiquement. On ne devrait jamais utiliser la mémoire des disparus à des fins de politique politicienne. Surtout quand on part avant la fin de l’hommage de l’hommage et que l’on est donc pas en capacité de constater que le Ministre de l’Intérieur a passé un très long moment en privé avec les familles des victimes avant d
e rester plus d’une heure à discuter avec les forces de l’ordre qui reconnaissent aujourd’hui bien volontiers qu’elles estiment avoir été écoutées.

Je n’en peux plus de ces polémiques inutiles qui ne font que fracturer un peu plus notre pays.

Je veux seulement me souvenir de ces deux visages aux sourires radieux qu’étaient ceux de Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing. A leurs familles et leurs proches, je renouvelle toute mon affection et ma compassion. A leurs collègues, tout mon soutien. »

Bruno Millienne, Député des Yvelines