LA FINANCE VERTE : ma question à Olivia Grégoire
LA FINANCE VERTE : ma question à Olivia Grégoire

J’interrogeais hier la Ministre @oliviagregoire sur la « finance verte ». Alors que la finance traditionnelle oriente l’épargne vers les projets plus rentables, la finance verte doit inciter les projets à considérer leur impact sur l’environnement et amener à une économie durable.

 

1. Les obligations vertes Les obligations vertes sont semblables aux obligations « classiques » en cela qu’elles représentent des titres de dette. Cependant, l’argent emprunté sert à financer des projets à vocation écologique.

 

2. Marché au carbone Un marché du carbone vise à allouer des « droits à polluer » qui peuvent être échangés sur un marché. Ainsi, les acteurs souhaitant polluer plus doivent acheter des droits supplémentaires, ce qui incite à diminuer l’émission de gaz à effet de serre.

 

3. Bonus-malus écologique (écopastille) Le bonus-malus vise à augmenter le coût d’achat des voitures polluantes et à alléger celui des voitures peu polluantes pour en inciter l’achat. C’est l’application du principe « pollueur-payeur ».

 

4. Placements et travaux verts : avantages fiscaux pour les particuliers Des avantages fiscaux ont été créés pour inciter les contribuables à améliorer l’efficacité énergétique de leur maison ou à favoriser les énergies durables. 5. La taxe carbone ou « contribution climat énergie » La taxe carbone vise à augmenter le coût des activités émettrices de gaz à effet de serre pour inciter les agents économiques à trouver des énergies alternatives. On l’appelle parfois taxe « pigouvienne» du nom de l’économiste Arthur Pigou qui l’a conceptualisée.