Mission au Togo pour le Réseau de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme de l’APF : compte rendu de mission
Mission au Togo pour le Réseau de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme de l’APF : compte rendu de mission

Les 3 et 4 octobre derniers, je me suis rendu, en tant que coordinateur pour la section française à Lomé au Togo. En compagnie du Sénateur Bernard Cazeau, nous avons participé aux travaux du Réseau de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie.

Deux jours de travaux qui ont réunis des représentants de la Belgique, du Canada, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Sénégal, de la Suisse et du Togo. Etaient également présent des membres de l’ONUSIDA, du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, du Global TB Caucus, d’Action Santé Mondiale et du PNUD d’Addis Abeba.

Avant toute chose je tiens ici à remercier les organisateurs de l’événement et particulièrement nos hôtes Togolais pour la parfaite organisation de cet événement.

Nous avons commencé nos travaux par un échange de vue sur la situation dans les différents pays représentés, les moyens mis en œuvre et les résultats obtenus dans la lutte contre ces 3 pandémies. J’ai présenté pour la France notre situation épidémiologique (discours en pièce jointe). Nous faisons tous le même constat : les résultats sont probants mais il ne faut pas relâcher la pression. Nous pouvons, en reconstituant les réserves du Fonds mondial de lutte contre ces pandémies, les éradiquer totalement.

Nous sommes aujourd’hui dans une phase de stagnation de ces maladies avec un léger regain sur la tuberculose sous ses formes résistantes. Et c’est souvent quand on est à ce stade d’un combat pas encore complètement gagné qu’il faut redoubler d’efforts pour gagner définitivement ce combat engagé depuis des années.

Cet état des lieux nous a été confirmé par les différents rapports que nous ont présentés successivement par :

  • Monsieur Christian Mouala, directeur du programme ONUSIDA, qui confirme qu’il nous reste « Un long chemin à parcourir pour combler les écarts, rompre les barrières et réparer les injustices ».
  • Madame Mianko Ramaroson, conseillère ONUSIDA, a, elle, évoqué la qauestions des droits humains et du genre.
  • Madame Akouvi Constance Aidam, responsable des relations avec les bailleurs de fonds au Fond Mondial de Lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, si elle s’est montrée rassurante sur les avancées, nous prie de rester vigilants sur les nouvelles menaces qui pèsent sur les efforts mondiaux.
  • Madame Juliette Paule Zingan, députée du Sénégal, nous a quant à elle fait part de l’expérience sénégalaise en matière de financements nationaux pour la lutte contre ces trois pandémies. Elle a livré un plaidoyer remarquable et remarqué sur l’action politique quand elle est bien menée.
  • Monsieur Gabriel Serville, député français, membre du Global TB Caucus, et Madame Sophie Millot d’Action Santé Mondiale, nous ont fait un focus sur la tuberculose. Je tiens à les féliciter de leur présentation qui a mis en exergue une situation plus préoccupante, notamment dans les pays d’Asie du Sud-Est.

 

Parallèlement à ces travaux nous avons visité deux sites :

  • Le Centre d’Excellence Communautaire d’Espoir Vie Togo
  • Et le Centre de Prise en Charge pour l’Elimination de la Transmission du VIH de la mère à l’enfant (eTEM)

Ces deux visites nous ont permis de constater que le Togo était très actif dans la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme.

A l’issue de ces travaux, il a été convenu que le Réseau de Lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie produirait dans les délais les plus brefs une déclaration commune qui, pour la section française sera envoyée par son Président accompagné d’une lettre au Président de la République, afin de s’assurer que tout sera fait au niveau des Etats pour maintenir un haut niveau de contribution à la lutte contre ces pandémies.

 

Bruno Millienne, Député des Yvelines