Pacte régional agricole : Bruno MILLIENNE salue un plan régional à la hauteur des enjeux de l’agriculture d’aujourd’hui et de demain
Pacte régional agricole : Bruno MILLIENNE salue un plan régional à la hauteur des enjeux de l’agriculture d’aujourd’hui et de demain

A l’occasion du Conseil régional du 31 mai, Bruno MILLIENNE est intervenu sur le pacte agricole régional, largement coconstruit avec le groupe Centre et Démocrates (MoDem) en amont des débats.

Retrouvez le texte de son intervention :

« Madame la Présidente,

Madame la Vice-présidente,

Chers collègues,

Notre groupe trouve dans ce Pacte agricole de nombreux éléments de satisfaction. D’abord parce que ce rapport nous permet, enfin, de définir le modèle d’agriculture que nous voulons bâtir pour les prochaines années. Le cap est fixé et les objectifs sont clairs : il s’agit de construire pour 2030 une agriculture diversifiée, actrice de la transition énergétique, qui garde ses agriculteurs et qui préserve ses terres. Et surtout – et c’est un point essentiel pour notre groupe – d’avoir une agriculture qui soit plus respectueuse de l’environnement et qui repose davantage sur une production biologique. Car aujourd’hui, notre Région est très en retard dans ce domaine par rapport aux autres Régions. Mais ce retard est rattrapable si nous nous fixons des objectifs précis et si nous nous donnons les moyens de les atteindre. Je tiens donc à saluer la Vice-présidente, Alexandra Dublanche, qui a intégré dans ce pacte – sur proposition de notre groupe – un objectif en termes de SAU et un calendrier pour le développement de l’agriculture biologique. Ainsi, d’ici 2022, les surfaces cultivées en agriculture biologique devront représenter 45.000 ha en Ile-de-France, soit 4,5 fois la surface de la Ville de Paris ! C’est un objectif ambitieux qui nous permettra de répondre à la demande des Franciliens pour des produits bio et locaux.

Au-delà de l’objectif chiffré, nous nous réjouissons également que le développement de cette agriculture puisse être porté par toute la diversité des acteurs franciliens et que le futur Plan Bio puisse être l’occasion de donner vie à un partenariat renouvelé et équilibré entre les acteurs associatifs et la Chambre d’agriculture, comme l’avait proposé notre groupe.

De manière plus générale, nous devons continuer d’encourager nos agriculteurs, qui font déjà des efforts importants, à adopter des techniques agricoles innovantes et plus respectueuses de l’environnement. Aussi, toutes les mesures consistant à étendre et valoriser ces pratiques vont dans le bon sens : je pense notamment à la poursuite de la MAEC Biodiversité et à la création d’une MAEC ciblée sur la préservation des insectes, des pollinisateurs et des oiseaux. Je pense également au renforcement de la lutte contre les dépôts sauvages, au soutien à l’innovation technologique, ou encore aux actions de pédagogie et de communication auprès des consommateurs et du grand public qui n’ont pas toujours conscience des efforts entrepris pour réduire l’impact environnemental de l’agriculture. Nous sommes donc sur la bonne voie mais nous devons en revanche redoubler d’efforts pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Le recours à ces produits reste aujourd’hui trop important, mais je suis convaincu que la Région peut mettre en place de nouveaux dispositifs à destination des agriculteurs qui permettront de le réduire.

Nous tenons aussi à saluer les mesures proposées pour pallier les difficultés chroniques de recrutement du secteur. Au-delà des actions de communication prévues auprès du grand public, nous avons également plaidé pour que soient menées des actions de valorisation du métier d’agriculteur au sein même des lycées agricoles. C’est une mesure importante, alors que de moins en moins de jeunes inscrits dans ces filières se tournent finalement vers ce métier à l’issue de leur formation. Par ailleurs, toujours dans cette idée de valorisation des métiers, soyez assurée, Madame la Présidente, de la pleine mobilisation de la Déléguée spéciale à l’Orientation, Béatrice Lecouturier, pour mieux faire connaître les métiers de l’agriculture et de l’agroalimentaire, que ce soit auprès des conseillers d’orientation à travers des Matinales de l’Orientation et de l’Emploi, ou auprès de tous les publics via le portail régional Oriane.info.

Enfin, nous partageons avec vous la nécessité de faire de l’installation de nouveaux agriculteurs et de la transmission des exploitations une priorité. Comme vous, nous sommes favorables à une agriculture à taille humaine, qui privilégie l’installation par rapport à l’agrandissement. C’est pourquoi nous vous félicitons d’avoir fixé dans ce Pacte l’objectif d’accueillir 200 nouveaux agriculteurs par an sur notre territoire d’ici la fin de la mandature et de proposer des mesures concrètes, comme la mise en place avec l’AEV et la SAFER du fonds “Ile-de-France, terre d’installation” pour favoriser cette installation et sécuriser les premières années d’activité.

Pour toutes ces raisons, le groupe Centre et Démocrates votera pour ce rapport. »