QAG : « Qui peut croire que la France seule pourrait soutenir les outremers durablement et au même niveau de ce que fait l’Union européenne ? »
QAG : « Qui peut croire que la France seule pourrait soutenir les outremers durablement et au même niveau de ce que fait l’Union européenne ? »

Séance de questions au Gouvernement du 22 mai 2019 :

Retrouvez en vidéo la Question au Gouvernement de Bruno Millienne, député des Yvelines, relative à l’importance de l’Union européenne pour les territoires ultramarins :

 

Seul le prononcé fait foi :

« Monsieur le Président,

Madame la secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes,

Mes chers collègues,

 

J’associe à ma question mes collègues Justine Bénin et Max Mathiasin.

Dans ses limites, l’Union européenne dépasse largement les frontières du vieux continent. Les outre-mer en sont les pointes avancées et les portes d’entrée partout dans le monde.

Conjugué à l’espace maritime français, le 2ème après celui des Etats-Unis, l’ensemble des espaces maritimes des Etats européens constitue le 1er au monde.

Il s’agit-là d’un avantage et d’un atout non négligeable si on les considère des points de vue culturel, géostratégique et économique. Le potentiel y est extrêmement important, que ce soit en terme d’emploi, de ressources naturelles, ou encore en notre capacité à valoriser des espaces naturels, des écosystèmes naturels à nuls autres pareils.

Du fait de leurs caractéristiques géographique et toponymique, particulièrement leur insularité, les outremers sont fragiles et sont soumis aux contextes économiques, environnementaux dans lesquels ils évoluent.

A cette fragilité, l’Union européenne apporte une réponse et un soutien extrêmement importants. J’en veux pour preuve la grande avancée récente sur l’attribution de fonds pour le renouvellement de la flotte des bateaux de pêche dans nos territoires ultra-marins. C’est essentiel pour nos pêcheurs et toute l’économie qui y est attachée.

Ainsi, qui peut croire que la France seule pourrait soutenir les outremers durablement et au même niveau de ce que fait l’Union européenne ?

Qui peut décemment dire aux citoyens français et européens que notre affaiblissement dans l’Europe serait une opportunité pour notre pays ?

Il n’y a, en la matière qu’une seule voie : l’union. Sachons voir dans notre diversité une force. Nous avons réussi à bâtir un espace de solidarité unique au monde et nous savons dans les outremers ce que l’Europe apporte de concret.

Madame la ministre, pouvez-vous réaffirmer devant la représentation nationale l’engagement de la France au niveau européen pour porter les sujets ultra-marins au cœur des préoccupations et de l’avenir de notre Union ?

 

Je vous remercie. »