Retrouvez ma newsletter du mois d’octobre
Retrouvez ma newsletter du mois d’octobre
APRES L’URGENCE, LA VIGILANCE !
Mesdames, Messieurs,

On a eu tendance à l’oublier ces dernières semaines mais la pandémie n’est pas terminée ! Si l’esprit de responsabilité qui a conduit une immense majorité de Français à aller se faire vacciner a permis, avec le passe sanitaire, de juguler la 4e vague, le virus circule toujours. Et avec les températures qui refroidissent, on commence à voir les contaminations repartir légèrement à la hausse. Rien d’alarmant pour le moment tant que les vaccins sont encore efficaces mais ce qu’il se passe au Royaume-Uni notamment nous invite à rester très prudents si l’on ne veut pas voir de nouveaux nos services hospitaliers pris d’assaut.

La majorité a d’ailleurs pris ses responsabilités en adoptant un projet de loi de « vigilance sanitaire », qui permet au gouvernement de pouvoir disposer d’un certains nombres d’outils en cas de nouvelle flambée épidémique jusqu’au 31 juillet prochain. Pourquoi si tard ? Tout simplement parce que le Parlement ne siègera plus à partir de février pour préparer les prochaines élections, mais aussi, et surtout, parce que le climat ne sera pas propice à un débat serein et apaisé en pleine campagne électorale. Certains ont en effet actuellement d’autres objectifs politiques que celui de protéger la santé des Français. Et à entendre dans l’hémicycle la teneur de discours dérapant sans complexe vers le complotisme ou l’opposition au vaccin, y compris dans les rangs de groupes censés être modérés, je ne peux que comprendre cette précaution prise par le gouvernement.

Sur le fond, la principale mesure de cette loi permet au gouvernement de remettre en place le passe sanitaire s’il le juge nécessaire, et ce uniquement au regard de critères précis (taux de vaccination, taux de positivité des tests de dépistage, taux d’incidence, taux de saturation des lits de réanimation) et bien sûr sous le contrôle du juge. De plus, si le gouvernement devait remettre en place un état d’urgence sanitaire, il ne pourrai le faire pendant plus d’un mois sans reconvoquer le Parlement. Enfin, et c’est d’ailleurs à l’initiative de mon groupe, nous avons imposé qu’un nouveau débat parlementaire ait lieu autour du 15 février, avant la suspension des travaux du Parlement. On est encore très loin du discours caricatural de ceux qui hurlent à la dérive dictatoriale.

Au-delà de la loi, le contrôle de la pandémie relève surtout, encore aujourd’hui, de notre responsabilité collective. Cela passe par le maintien des gestes barrières qui nous protègent, d’autant plus en hiver alors que les réunions se passent le plus souvent dans des lieux clos, mais aussi et surtout par le respect des protocoles de vaccination qui permettent d’assurer une protection optimale contre le virus. J’invite donc tous ceux qui sont éligibles à la 3e dose à aller se faire vacciner au plus vite ! C’est à ce jour le seul moyen de limiter au maximum les chances de contracter le Covid, en notamment une forme grave.

Rappelons nous qu’il y a un an, nous allions plonger dans notre 2e confinement, et qu’ailleurs dans le monde certains pays sont toujours obligés de contraindre les déplacements de leurs habitants pour enrayer une pandémie hors de contrôle. Nous avons su en France dompter le virus et vivre avec depuis plusieurs mois dans ce qui ressemble de plus en plus à un retour à la vie normale. Restons vigilants et nous pourrons passer l’hiver sans encombre !

Prenez soin de vous.

 

Bruno MILLIENNE
Député des Yvelines
La suite de mon actualité à l’Assemblée et en circonscription Revers de main avec index pointant vers le bas

Lettre d’information de Bruno MILLIENNE, député des Yvelines !