Tout sur les perspectives du fret ferroviaire
Tout sur les perspectives du fret ferroviaire

 

 

On le sait, la loi LOM prévoyait dans son article 178 la définition d’une stratégie de développement du fret ferroviaire qui est actuellement en cours de rédaction. Sans rentrer dans le détail, voici 3 enjeux qui me semblent majeurs pour réussir l’atteinte des objectifs fixés, à savoir le doublement de la part modale du fret ferroviaire qui passerait de 9 à 18% entre 2019 et 2030.

Le financement du fret ferroviaire

Le premier enjeu est celui du financement : on prévoit un milliard d’euros d’investissement pour le fret ferroviaire d’ici 2024 – issus de l’Etat, de l’Europe, des collectivités ou d’acteurs privés –, dont 210 millions viennent du plan de relance. Je crains malheureusement que ça ne soit pas suffisant face à la vétusté du réseau dont les terminaux n’ont connu quasiment aucun investissement majeur depuis 15 ans et dont les voies ont un âge moyen de 33 ans, contre 17 en Allemagne.

La situation sociale du fret ferroviaire

Le deuxième point que je souhaite aborder concerne la situation sociale dans le secteur. On le sait, les conflits sociaux à répétition sont un frein majeur à la fidélisation de la clientèle du fret ferroviaire, on l’a notamment vu à la fin de l’année 2019. Un client perdu à cause de mouvements sociaux aura beaucoup de mal à revenir. Il est indispensable que tous les acteurs du secteur repensent la manière dont ils mènent le dialogue social. Il en va de leur survie mais aussi de la réussite des objectifs fixés.

Déterminer des objectifs

Le troisième point concerne justement ces objectifs. En effet, au-delà d’un objectif global, il me semble important de se fixer des cibles par secteur et de hiérarchiser nos efforts afin que tous les acteurs se voient attribuer des responsabilités claires qui permettront d’identifier précisément les freins ou les difficultés dans le déploiement de la future stratégie.